Moi et les autres



Situation no 16: Comment "maîtriser" (gérer) une forte émotion?

Problème: Qu'elle soit de colère, de tristesse, de joie, de honte... une émotion est toujours physiologique, ressentie généralement dans la sphère du ventre, du plexus, de la gorge (nouée).

Dynamique: Il fut un temps où il fallait apprendre à "maîtriser" ses émotions. Autrement dit, à les retenir ou les contenir, surtout ne pas les montrer, et donc plutôt les refouler. Ayant finalament compris que tout refoulement ne fait que renforcer et aggraver le problème, on préfère aujourd'hui apprendre à "gérer" ses émotions, à les reconnaître et les utiliser... tant qu'à faire, puisqu'elles sont la manifestation de l'être affectif. Toutefois, les émotions ont ceci de déplaisant qu'elles surviennent souvent là et surtout quand on ne voudrait justement pas les reconnaître ! De manière envahissante.

Réponse: Lorsque on ne peut pas lutter contre, mieux vaut alors faire avec. L'émotion étant un vécu sensoriel physiologique, on peut rester dans ce registre en déplaçant "simplement" le lieu de ce vécu. Par exemple, en dirigeant avec insistance notre attention vers une autre région du corps (de préférence un pied, une main en contact avec un objet) afin d'amplifier la sensation présente à cet endroit. De maintenir ainsi l'attention fixée sur une autre perception sensorielle, une autre partie du corps, suffit très souvent à nous déconnecter de l'émotion non désirée. Et non à la refouler. Elle peut ensuite être récupérée, reconnue puis "travaillée". © Léo Léderrey & partenaires

Comportement-clé : Comment gérer une émotion non désirée?
En me fixant provisoirement sur une autre sensation corporelle.
Plus d'info / consultations / ateliers


Répertoire d'autres situations