Moi et les autres



Situation no 20 :  Comment "briser la glace"... ?

Problème: Une première rencontre, des retrouvailles, un entretien sensible... peuvent nous amener à vouloir faciliter le rapprochement ou calmer le jeu... Et donc à nous montrer plutôt ouverts que sur la défensive.

Dynamique: Que se passe-t-il, lorsqu'une personne au visage habituellement fermé, morne, taciturne se met soudain à sourire ? C'est comme un rayon de soleil perçant les nuages. Il y a différentes qualités de sourires: l'authentique, le spontané qui illumine le visage; le carnassier qui ne trompe pas (brrr!); le commercial invariablement forcé, froid, mécanique qui s'allume et s'éteint comme un automate; le sourire timide à peine esquissé; celui des enfants, irrésistible; celui, amusé, de la personne âgée... Le sourire, lorsqu'il est sincère, jaillissant du coeur, ouvre les portes, met en confiance, favorise le dialogue, attire le regard, donne envie de sourire en retour. Le sourire intérieur existe aussi, qui est une disposition à s'ouvrir à la vie, aux autres, à ce qui advient. On ne peut sourire intérieurement tout en montrant un visage fermé. Mais on peut très bien faire semblant de sourire tout en demeurant fermé intérieurement. Toutefois, ce sourire-là ne fait pas illusion longtemps. L'homme qui ne sait pas sourire ne doit pas ouvrir une échoppe (Proverbe chinois).

Réponse: Si nous ne sommes pas disposés à sourire, le meilleur moyen est de faire en sorte d'en avoir sincèrement envie. Pour éviter, cependant, de tomber dans le sourire mécanique, un consultant recourt à l'astuce suivante: "Avant de rencontrer une personne, je veille toujours à m'arrêter un instant durant lequel je songe au dernier instant heureux qui m'est arrivé récemment, où à celui à venir, s'il en est. Cette pensée amène irrésistiblement sur mes lèvres un sourire... et j'aborde la personne dans cet état d'esprit, content, souriant...   © Léo Léderrey & partenaires

Comportement-clé : Comment briser la glace ?
En cherchant à sourire.