Moi et les autres


Situation no 22: Comment se défaire de l'éternelle victime ?

Problème: Elle se plaint sans cesse, nous prend à témoin de ses malheurs, paraissant constamment "au bord du gouffre".

Dynamique: Lui demander gentiment "comment ça va?" est inutile: elle a toujours quelque chose qui ne va pas. Même quand tout va bien. Qu'une oreille compatissante s'ouvre à ses doléances, elle y déverse aussitôt ses jérémiades sans fin. Ne rien lui demander revient au même: elle s'arrange pour bouder, faire la tête, si bien qu'on lui demande inévitablement si quelque chose ne va pas. Bingo, la voilà remontée à bloc! Sans oublier, au passage, d'en vouloir au monde entier naturellement responsable de ses misères...

Solution: C'est sa façon à elle, d'exister. L'éternelle victime retire de notre attention à ses plaintes un sentiment d'importance qu'elle ne sait trouver autrement. Comment ne pas se laisser piéger? Lui tourner le dos? Pas toujours facile. Alors autant faire face: et en rajouter, noircir davantage encore le tableau: Tu dis que tu as mal au poignet? Quelle horreur! Il t'a répondu agressivement? J'espère que tu vas déposer plainte! Tu te sens à ce point fatigué(e)? Pourquoi n'arrêtes-tu pas immédiatement tout...? Etc.. Porter, ainsi, l'exagération à son comble finit par devenir comique et désamorce la victime qui devient subitement positive pour ne pas paraître ridicule. Enfin ! © Léo Léderrey & partenaires

Comportement-clé : Comment se défaire de l'éternelle victime ?
En la plaignant au-delà de ses espérances!